02 février 2009

Dala, ton univers impitoya-a-bleu

Apres une traversee de la Yangon River, nous voila a Dala township...Dala, immense bidonville...plus de 100 000 vies s'y ecoulent, en tirant le diable par la queue ; a Dala, personne n'est roi du petrole... il y a bien longtemps que l'infame J.R s'est tire avec la caisse. Trois spectacles nous attendent ici ( au lieu des deux initialement prevus ), dans trois lieux differents, sous la houlette de l'A.M.I ( Aide Medicale Internationale, pour les ceusses qui l' sauraient point ).
Un premier spectacle le matin, dans une ambiance plutot bon enfant, il ne fait pas encore trop chaud...une mise en bouche, en quelque sorte. Repas et petite sieste reparatrice dans les locaux de l' A.M.I , petite discussion avec la french infirmiere ( j'ai oublie son prenom, honte a moi ! ) sur la situation sanitaire du pays en general, et d' ici en particulier...tuberculose, SIDA, difficulte de l'acces aux soins - tout se paie, et a Dala, personne n'est roi du petrole...
Deuxieme show...l' equipe debarque dans un ancien hangar sans toit, desert...installation, musique et , sous un soleil implaca-a-bleu, les gens arrivent peu a peu, s'assoient... soudain, derriere mon dos , quelqu'un s'installe en gromelant et me tape dans le dos en me disant un truc qui pourrait etre l'equivalent birman de " joue donc, p'tit con ! " ( je deduis ceci de la tronche que tirent Taung Zin et Ou Ti Yang, respectivement percussioniste et Hautboiste-flutiste de notre bande de clowns ) ; je me retourne et qui vois-je ? Je l'ai reconnue, bien que pour la circonstance, elle soit devenue un homme : c'est Sue-Ellen ! Bourree comme une vache comme a son habitude, mais aujourd'hui, elle a le vin mauvais ( la Myanmar beer mauvaise, devrais-je dire...). On commence... presentation des comediens... mais Sue-Ellen ne sait pas se tenir : elle (il) braille visiblement des obscenites a l' adresse de Bene et d' Alice, fait la replique a chaque replique, me pique ma casquette, que je lui rabat sur les yeux deux ou trois fois en lui faisant signe de s'la fermer...les rires se teintent d' une sale couleur jaune, la tension est palpable, elle se voit dans les yeux des comediens, s'entend dans nos notes, se lit dans l'attitude genee des spectateurs...mais personne n' ose rien lui dire. Sue-Ellen, es-tu un caid local ? un indic' ? Au fond, je ne veux plus le savoir : barre-toi, retourne picoler, laisse les autres rire, profiter du spectacle, ils en ont envie, peut-etre meme besoin...Soe Myat Thu, entre deux scenes, finit par aller lui dire deux mots...petit repit...les conneries reprennent, et peu avant la fin, Sue-Ellen finit par se tirer, mais le mal est fait : on est tous deconfits, desoles, vides de toute energie...il faut rejouer encore ? reprendre le pick-up et la jeep de l'A.M.I ? Tout reinstaller dans un autre lieu ? Pas possible ! ...Ben si, il le faut bien...alors, des clopes, des calins, du betel, tout est bon pour puiser dans nos dernieres ressources, et c'est reparti ! Allez, je vous rassure : le dernier spectacle a ete une reussite : un rassemblement de 1500 personnes au moins, rigolardes, aimables, plein d'enfants... bref, la Birmanie comme on l'aime.
Hasta luego, Dala, tiens bon dans ton univers impitoya-a-bleu ou personne n'est roi du petrole...retraversee de la Yangon River, ananas, pomelos, jus de fruit, reconfort vitamine. Un Dragon chinois danse pour l'annee du buffle de terre. Tambours et gongs resonnent dans nos petites tetes fatiguees, mais heureuses, tout compte fait.
Marco Piaung Gyi

Posté par csfthailande à 15:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur Dala, ton univers impitoya-a-bleu

    dala

    vous suivre...de loin...

    bizatous
    ko modif

    Posté par ko modif, 05 février 2009 à 13:30 | | Répondre
Nouveau commentaire